Association Indigo | Vélorail du Larzac
2199
post-template-default,single,single-post,postid-2199,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-social-login-1.0,qode-news-1.0.2,qode-quick-links-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-16.1,qode-theme-bridge,bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Vélorail du Larzac

Vélorail du Larzac

Journée détente à Sainte Eulalie de Cernon

Après la canicule qui a sévi ces derniers jours quoi de mieux qu’un petit tour dans l’Aveyron pour se changer les idées.

Arrivés dans ce village du Larzac, aucun templier et encore moins d’hospitalier pour nous accueillir, puisque nous avions seulement fixé rendez-vous à ces petites bêtes qui d’habitude effrayent ces dames sauf lorsqu’elles les portent aux pieds ou à leur bras.

Tout le monde a pu ainsi enrichir ses connaissances sur le monde des reptiles et découvrir que certaines espèces sont ovovivipares, pour ma part je croyais que tous les reptiles étaient ovipares, mais n’avons pu assister à la naissance de petits serpents qui pourtant devraient venir au monde très prochainement.

Mais le reptilarium ne renferme pas que des serpents, crocodiles (encore des sacs), tortues et autres lézards sont également présents et ont fait la joie de notre petit groupe.

Après avoir assisté au déjeuner des varans, il était temps de penser au notre. Je ne vais pas ici vous énumérer le menu mais le farçou (recette typiquement aveyronnaise dont vous trouverez la recette dans notre page actualité) et un peu de volaille entre autre, nous ont permis de faire le plein de force avant l’activité physique de l’après-midi.

En effet nous avions décidé de prendre un peu d’avance sur le tour de France et de montrer que nous avions de la force dans les mollets. Plus question d’impressionner les jeunes filles qui nous accompagnaient mais seulement de montrer notre capacité à avaler les kilomètres sans aucun recours à l’EPO.

C’est à la gare de Sainte Eulalie que nous nous retrouvons et nous voici installés, par petits groupes, dans ces drôles de petits wagons à pédales. Solidement campés sur les selles, mains sur le guidon, pour les plus sportifs, ou tout simplement confortablement assis à l’arrière pour les touristes. Quelques tours de pédaliers suffisent et nous voici partis tantôt entre des gorges serrées, tantôt au milieu de paysages radieux sous le soleil aveyronnais, surplombant depuis les viaducs les nombreuses gorges tout au long du parcours, et récupérant un peu de fraicheur bienvenue lors de la traversée des tunnels.

Les huit kilomètres du parcours ne furent qu’une simple formalité et nous étions déjà prêts à pédaler dans l’autres sens, mais face à la gentillesse des organisateurs, nous leur avons laissé le soin d’accrocher nos vélos à leur « locomotive », et c’est donc tractés par cette honorable machine que nous avons refait le chemin à l’envers (dixit Dave).

Patrick Vin

No Comments

Post A Comment