Association Indigo | LES BAUX DE PROVENCE
1823
post-template-default,single,single-post,postid-1823,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-social-login-1.0,qode-news-1.0.2,qode-quick-links-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-14.4,qode-theme-bridge,bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive

LES BAUX DE PROVENCE

LES BAUX DE PROVENCE

Inutile de présenter les baux de Provence tant leur notoriété dépasse largement notre région. Déjà célèbre grâce au tournage du film « Le testament d’Orphée » par Jean Cocteau, le village n’a cessé d’attirer les visiteurs depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Aujourd’hui c’est devenu un véritable site de créations artistiques, notamment avec ses « carrières de lumières » véritable prouesse technique qui a immergé chacun d’entre nous dans un monde de couleurs paradisiaques ou au contraire au fin fond des ténèbres au gré de la projection des œuvres de Bosch, Breughel ou un peu moins célèbres d’Arcimboldo. On comprend mieux alors comment la peinture de la renaissance a pu influencer l’imaginaire des serfs en leur faisant miroiter les bienfaits du paradis ou les menaçants des affres de l’enfer. On sort de cet endroit magique impressionné par la force du message laissé par chaque tableau et la façon propre à chaque artiste de faire partager sa vision de la vie sur terre mais ou dans l’au-delà.

Pour nous remettre, d’abord un bon repas bien sûr, et ensuite la visite du château et de ses armes de défense. Campé sur son éperon rocheux, le château domine les plaines d’oliviers et offre une vue imprenable à 360 degrés. Ce fut surtout l’occasion pour certains de montrer leur force pour armer une catapulte ou leur habileté à décocher une flèche à l’aide d’une arbalète. Tout cela sous le regard admiratif des gentes damoiselles qui ne les quittaient pas de l’œil.

No Comments

Post A Comment